Le mur de la honte à la bourse du travail

photographie de Florian Kleinefenn © Musée de la mine – Ville de Saint-Étienne

Ce tableau d’une longueur de 11 mètres sur 5,5 mètres intitulé “Avenir” est une œuvre du peintre stéphanois Berthon. Cette fresque représente la vie ouvrière du début du 20-ème siècle, mis à part son coté monumental c’est aussi son caractère historique qui est important.

Malgré son grand intérêt, depuis 1973 les stéphanois ne peuvent plus l’admirer en réel et doivent se contenter de la voir en photo sur le site du Gremmos par exemple.

C’est proprement ahurissant mais cette fresque qui constituait le fond de la scène de la grande salle de la bourse (magnifique théâtre à l’italienne qui tombe en ruine) a été murée. Elle est donc masquée ; on ne peut y accéder que dans un couloir de 1,50 m ; ce qui ne permet évidement pas d’avoir le recul pour l’admirer.

Photo de Forez info https://www.forez-info.com/encyclopedie/memoire-et-patrimoine/21740-la-fresque-d-auguste-berthon.html

Cette ignominie s’est déroulée sous la responsabilité de la mairie qui possède la bourse ; en 1974 c’était Michel Durafour.

Plusieurs demandes ont été faites pour détruire ce mur et si nous pouvons admirer ce magnifique témoignage de notre passé c’est grâce au photographe Florian Kleinefenn qui réalisa une soixantaine de photographies, à 1,1 mètre de distance et les assembla.

Afin sans doute de compliquer un peu plus la situation le très vilain mur a été décoré par une œuvre monumentale qui sans être historique a un intérêt certain. En effet, ce n’est pas moins que les célèbres Ella & Pitr (artistes urbains de renommée mondiale) qui ont participé (sans doute involontairement) à ce déni de notre passé ouvrier.

L’œuvre qui masque l’œuvre photo Ph Bariol


Ella & Pitr ont une bonne côte sur le marché de l’art mondial ; il est possible que la vente du mur décoré finance les travaux.

De toute façon, Sainté Debout luttera contre cette volonté négationniste de notre passé ouvrier qui s’exprime par le manque de travaux d’entretien dans cet ouvrage historique qu’est la bourse.

Nous en reparlerons mais les syndicats réclament depuis fort longtemps des travaux plus que nécessaires pour y travailler en sécurité. La responsabilité de la Mairie sera engagé en cas d’accidents probables à terme.

Laisser un commentaire