LE RETOUR à l’ANORMAL

PANDEMIE et SYNDEMIE

Le type de pandémie que nous vivons actuellement semble particulièrement durable… alors devrions-nous envisager un monde où nous serions masqués, confinés, et vaccinés …perpétuellement, chaque année.

Difficile de réfuter totalement cette triste hypothèse. Pour cette épidémie il est en effet évident que son développement est en lien avec des inégalités sociales, des systèmes de santé sous-dimensionnés ainsi qu’avec un dérèglement écologique qui touche toutes les espèces vivantes y compris les virus. C’est ce que certains chercheurs appellent une syndémie, une épidémie systémique.

wiki  » Une syndémie caractérise un entrelacement de maladies, de facteurs biologiques et environnementaux qui, par leur synergie, aggravent les conséquences de ces maladies sur une population »

SORTONS de l’INCOHERENCE !

Les interminables discussions entre ceux qui nient jusqu’à l’existence du virus et ceux qui sont prêts à accepter toutes les restrictions pour le stopper sont sans intérêt.

Ce virus est nocif et contagieux mais heureusement beaucoup de cas restent bénins, ce qui est beaucoup plus grave, c’est de voir comment notre système de santé craque sous cet impact.

Même dans les pays les plus riches, on arrive à saturer les capacités en soins d’urgence respiratoire.

Aussi prétendre résoudre cette crise en culpabilisant la population, en réduisant les libertés, par des faux-confinements tardifs et des fermetures à géométrie variable épargnant les amis, c’est se moquer de nous.

Pourquoi tant de communication et si peu d’informations ? pourquoi tant de commentaires et si peu d’analyses ? Pourquoi tant de contradictions et si peu de cohérence ? A cela je ne vois qu’une explication : la COVID met en évidence une faille dans le système lui-même et il est impossible de l’aborder vraiment sans remettre l’ensemble de notre société en question.

Le curseur entre essentiel et non-essentiel varie au gré des intérêts du MEDEF, et par exemple se rassembler en famille n’est pas essentiel alors que se retrouver des centaines ou des milliers dans les centres commerciaux ça est autorisé.

Pour anecdote, un jeune stéphanois me disait il y a quelques temps l’immense soupir qu’il avait poussé quand debout, serré, entassé dans un bus stéphanois, il entendait la radio de bord diffuser des messages sur la distance à respecter entre personnes…

En psychologie on appelle ça des injonctions paradoxales et cela conduit souvent à favoriser la scyzophrénie. Et c’est le cas, nous vivons un délire collectivisé qui fragmente notre réalité sans que nous puissions plus établir de lien ni entre nous , ni entre nos idées. Fragmentation sociale et personnelle, qui ne va pas sans produire de la souffrance tant individuelle que collective.

LA DEMOCRATIE COMMENCE DANS TON QUARTIER

Que pouvons-nous faire face à ce démantèlement du tissu social et à la pression psychologique culpabilisante et infantilisante qui nous affecte toutes et tous …?

Face à cette folie qui vient d’en haut, nous pouvons opposer notre solidarité et une certaine autonomie que nous devons construire quartier par quartier. Nous devrons aussi apprendre à diriger nos vies et nos villes nous mêmes.

Finalement cette crise confirme tout l’intérêt d’un projet citoyen comme Sainté Debout.

Laisser un commentaire