Des banderoles en hommage aux soignants « dénatureraient » les façades d’un immeuble à Saint Chamond?

Voici le témoignage de Mr André Moulin, un habitant de Saint Chamond, qui a reçu ces jours-ci une lettre de l’Office Public de l’Habitat lui demandant d’enlever les banderoles qu’il a affichées sur son balcon en hommage aux soignants depuis un an car elles « donneraient une image négative du quartier et dénatureraient les façades des immeubles ». Que son propriétaire souhaite que les idées politiques de ses locataires ne soient pas affichées sur les façades de son immeuble cela peut s’expliquer (ce locataire a signé une de ses banderoles: « Lutte ouvrière ») mais les motifs pour lesquels le propriétaire souhaite voir enlever ces banderoles sont pour le moins étonnants…

« ENLEVEZ CES BANDEROLES QUE L’OPH NE SERAIT PLUS VOIR !

Il y a un an, lors du premier confinement, comme d’autres, j’ai mis à mon balcon d’HLM. à Saint Chamond (42) , le 7 avril 2020, deux banderoles:   

« SOUTIEN! AUX SOIGNANTS et aux autres » sur une et sur l’autre « DES MILLIARDS POUR LA SANTE PAS POUR LES CAPITALISTES Lutte Ouvrière » (photo en PJ). Cela fait donc presque un an qu’elles sont en place. 

Le 4 mars, je viens de recevoir une lettre de l’OPH HABITAT & METROPOLE ( président Mr BERGER, adjoint au maire LR de Saint Etienne et Mr REYNAUD, vice président, maire LR de Saint Chamond) avec comme objet  « troubles et nuisances ». Leur lettre me met en demeure d’enlever «  la banderole suspendue à votre balcon … qui donne une image négative du quartier et dénature les façades des immeubles ».

L’OPH ne semble pas savoir que la pandémie continue.

Dans mon courrier de réponse je m’étonne que l’OPH HABITAT et METROPOLE, qui affiche une vocation sociale, me demande d’enlever ces banderoles de solidarité.

J’annonce que pour moi c’est clair, n’en déplaise à l’OPH: je n’enlèverais pas ces deux banderoles de mon balcon car la solidarité continue à être nécessaire avec les soignants, et avec tous ceux qui œuvrent pour continuer à assurer les services de la vie quotidienne : les caissières, le personnel de nettoyage, les livreurs,  les aides à domicile… et bien sûr les gardiens, les femmes de ménages, le personnel technique et administratif de l’OPH.

Les marques de soutien, mais aussi les revendications pour plus de moyens pour la santé, sont toujours d’actualité!

La direction de l’OPH consacre du temps sur cette affaire et en fait une affaire de principe : enlevez ces banderole
« ENLEVEZ CES BANDEROLES QUE L’OPH NE SERAIT PLUS VOIR ! s qu’on ne serait plus voir ! C’est même le directeur général adjoint qui monte au créneau comme s’il n’y avait pas des choses plus importantes, plus urgentes à s’occuper dans un OPH de 18 000 logements.

Je constate le silence de  Mr REYNAUD, maire LR de Saint Chamond et vice président de l’OPH qui, à une époque, avait pourtant exprimé dans les médias son soutien aux soignants. »

Monsieur André Moulin

Laisser un commentaire