Côte-Chaude: une cocotte minute!

En septembre, des habitants de Côte-Chaude m’avaient déjà contacté pour témoigner des réalités qu’ils vivaient au quotidien dans leur quartier autour de la Place de la République. « Entre les rodéos nocturnes, les trafics, les trottoirs qui deviennent des dépotoirs, la crainte de sortir de chez eux et le mépris de nombreux élus stéphanois qui ne vont plus dans ce quartier que pour célébrer des commémorations, les gens en ont ras le bol! Les personnes qui le peuvent s’en vont, les personnes qui restent sont à bout de nerfs! Les commerces ferment depuis des années les uns derrière les autres! » Voici l’article que j’avais écrit et publié alors.



Ces jours-ci, des côte-chaudois m’ont, de nouveau, contacté. Nous nous sommes vus et ils m’ont confié le drame qui s’est produit, il y a une dizaine de jours où un homme a été agressé chez lui. Ils m’ont aussi parlé du bureau de tabac qui, suite à une rixe, a du fermer.

Côte-Chaude, qui était pourtant l’un des quartiers les plus animés de Saint Etienne, comme me l’avait confié Mr Roger Fiasson, a d’abord vu ses commerces disparaître… et, au fil du temps, est devenu un quartier abandonné.





Fin 2016, la municipalité de Saint Etienne et le département de la Loire suppriment les subventions versées à la maison de quartier de Côte-Chaude qui, à la grande tristesse de ses usagers, est obligée de fermer ses portes. « La maison de quartier était un lieu très familial où quelques soient nos âges nous pouvions faire des activités sportives et culturelles. Les jeunes étaient occupés. Aujourd’hui, il reste l’amicale laïque mais il n’y a pas suffisamment d’animateurs! Les jeunes sont désoeuvrés. Ils traînent autour de la place de la République et font des conneries, brûlent des voitures, se shootent…! » me confient plusieurs côte-chaudois « On devrait leur apprendre le respect! Devant les rares commerces du quartier, ils laissent leurs saloperies. C’est dégueulasse! » ajoutent d’autres. « En été, c’est insupportable! Ils laissent leurs musiques à fond toute la nuit! La police devrait intervenir mais les bacqueux préfèrent aller taper sur les manifestants que venir régler les problèmes du quartier. Pourquoi n’utilisent-ils pas les gaz lacrymogènes pour faire évacuer les délinquants? » s’interrogent certains. Je leur demande alors qui est l’élu référent du quartier. La plupart ne savent pas, une dame me dit: « je crois qu’il s’appelle Mr Rakulac ou Karulac… un nom comme ça! Quoiqu’il en soit, on ne le voit jamais! »

« Parce que des personnes âgées ont peur, parce que des parents ont peur pour leurs enfants, parce que des enfants qui vivent sur la place de la République pleurent la nuit, parce que certains ont été obligés de quitter leur quartier », un collectif s’est monté à Côte-Chaude et invite les habitants à une réunion Place de la République à 14h le 23 janvier. Certains ont commencé à distribuer des tracts et le maire en ayant eu écho, sera présent à cette réunion. Il a adressé le 6 janvier une lettre à la préfète de la Loire, en l’invitant à se joindre à lui ce jour-là. Il profite de cette lettre, rendue publique, pour rejeter la pleine responsabilité de la situation dans laquelle se trouvent les habitants de Côte-Chaude sur l’Etat.

Quel que soient les doutes que nous nourrissons sur les résultats de cette réunion (les promesses des politiciens n’engagent que ceux qui y croient) l’équipe de Sainté Debout, dont les membres pensent que la démocratie se vit dans les quartiers, appellent les stéphanois à y participer.








Laisser un commentaire