La fin de l’école à la maison? Des parents ligériens s’expriment…

Depuis la loi Jules Ferry du 28 mars 1882, l’instruction est obligatoire. Cette obligation s’applique à partir de 3 ans, pour tous les enfants français ou étrangers résidant en France.

À l’origine, la scolarisation était obligatoire jusqu’à l’âge de 13 ans, puis 14 ans à partir de la loi du 9 août 1936. Depuis l’ordonnance n°59-45 du 6 janvier 1959, elle a été prolongée jusqu’à l’âge de 16 ans révolus.

Les familles ont deux possibilités soit elles scolarisent leurs enfants dans un établissement scolaire public ou privé soit elles assurent l’instruction des enfants elles-mêmes (avec déclaration préalable). Ceci est encore vrai aujourd’hui mais, le vendredi 2 octobre, Mr Macron a annoncé que « l’instruction scolaire à domicile serait, à partir de la rentrée 2021, « strictement limitée, notamment aux impératifs de santé », et qu’elle deviendrait donc obligatoire au sein de l’école dès l’âge de 3 ans. » Il y aurait actuellement 50 000 enfants qui feraient l’école à la maison.

Cette décision, prise sans aucune consultation avec la population, voit grandir la colère de nombreux parents qui y voient une mesure liberticide qui vient s’ajouter à toutes celles qui sont en train de passer en ce moment.

Sur les réseaux sociaux, des ligériennes et des ligériens m’ont interpelé sur ce sujet, certains d’entre eux me demandant de vous faire part de leurs témoignages.

Xena, maman d’une petite fille de 6 ans, après avoir longtemps réfléchi, a choisi d’instruire son enfant chez elle. Aujourd’hui, elle est heureuse d’avoir fait ce choix. Pour elle, comme pour Hinda, Céline, Johanne et beaucoup d’autres parents, en s’immisçant ainsi dans la vie des français, Mr Macron « bafoue les libertés des gens de choisir le mode d’instruction qu’ils veulent donner à leurs enfants ». Johanne ajoute que « ce choix, qui n’appartient qu’à Mr Macron, s’accompagne également d’autres mesures toutes aussi choquantes les unes que les autres comme le fait d’obliger des professeurs à dénoncer leurs élèves et leurs parents si ils contestent le régime en place! »

En voulant peut-être lutter contre certaines dérives et en ne faisant pas confiance aux parents, le président s’apprête, encore une fois, à bafouer les libertés des gens et à s’introduire dans leurs vies.

Plusieurs personnes notent que « tous les parents n’ont pas les moyens d’instruire leurs enfants chez eux » mais d’autres déclarent que « si les parents ont le niveau et le temps pour faire l’école à domicile pourquoi le leur interdire? » C’est le cas de Corinne qui ajoute également que « l’éducation nationale à tendance à conditionner les enfants et ne leur permet pas d’avancer et de réfléchir par eux même. » et pense que « la liberté intellectuelle de l’enfant sera plus facilement respectée si il suit son enseignement dans sa famille ». Pour Illiana: « Suite au port du masque obligatoire dans les établissements scolaires, plein de parents ont descolarisé leurs enfants. Ce n’est pas par hasard que Macron souhaite leur interdire d’instruire eux-mêmes leurs enfants. Il y a une hémorragie. L’instruction en famille, ça correspond à une philosophie de vie. Préserver l’individualité de l’enfant, éviter le formatage par l’école, un formatage qui empêche l’enfant de s’épanouir. C’est voir la vie autrement! »

En ce qui concerne la socialisation des enfants, d’autres parents, comme Philippe, ajoutent qu’il y a d’autres lieux que l’école pour se socialiser quand les enfants vont dans les centres de loisirs, s’épanouissent à travers un sport ou un art aux côtés d’autres enfants par exemple.

Mais alors, comment éviter les dérives « sectaires » de certaines familles dans le système de l’instruction à domicile? Peut-être tout simplement en arrêtant de supprimer des postes de travailleurs sociaux? Ce qui permettra un meilleur accompagnement!

En tous cas, quel que soient les opinions de chacun sur ces questions, ce sujet paraît suffisamment sensible pour qu’il donne matière à réflexions et à débats. Il est choquant que Mr Macron se soit, une fois de plus, arroger le droit d’imposer sa volonté sans consulter les premiers concernés: les parents qui ont choisi d’élever leurs enfants chez eux!









6 Commentaires

  1. bonjour
    la manifestation pour la défense du droit à l’instruction en famille a lieu samedi 5 décembre.
    Rendez-vous à 15h à la bourse du travail

    1. on peut avoir des détails, une affiche, un invitation fb …..merci

      1. Salut, voilà le lien de l’éventement facebook. Pour l’heure et le lieux c’est encore en discutions avec la préfecture. https://www.facebook.com/events/382081072915449/

  2. Quelle vision rétrograde de l’école…Faire l’école à la maison c’est un choix et c’est une belle chose, mais pourquoi « taper » ainsi sur l’école pour justifier son choix? Mes enfants vont à l’école et je ne crois pas qu’ils soient formatés…Chaque parent à la responsabilité d’ouvrir l’esprit de son enfant et de l’éduquer, l’école de l’instruire. C’est un peu comme la guerre entre celles qui allaitent et celles qui donne le biberon…Chacun ses choix! Mettez plutôt en avant ce que l’école à la maison apporte de positif dans vos vies et dans celles de vos enfants.

    1. je n’ai pas l’impression que cet article « tape » sur l’éducation nationale, mais nous allons demander à l’auteur de vous apporter des compléments d’information.

  3. Bonsoir Mélania,
    Des parents m’ont interpelé au sujet de « l’école à la maison ». J’ai demandé sur les réseaux sociaux ce que les internautes pensaient sur ce sujet et c’est à partir des réponses qui m’ont été données que j’ai écrit cet article qui est une synthèse de leurs témoignages. Si certains pensent qu’il y a un « formatage des enfants à l’école », c’est leur vision. Personnellement, je n’ai pas écrit cet article pour « taper sur l’école » mais pour donner la possibilité à un maximum de parents de s’exprimer sur leur droit ou pas d’instruire leurs enfants chez eux vu que ce droit va leur être supprimé à la rentrée de septembre 2021. Pour ma part, mes enfants vont à l’école et cela se passe très bien maintenant si des parents ont envie de « faire l’école chez eux » et qu’ils peuvent le faire, je pense qu’ils ont tout à fait le droit de défendre leurs points de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *