Interdiction de boire, manger et fumer dans toute la métropole stéphanoise: résultat d’une enquête menée auprès des internautes de la Loire.

Cet article est le résultat d’une enquête menée sur les réseaux sociaux pendant quelques jours auprès des internautes de la Loire.

Voici les questions que j’ai posées dans un sondage: « Que pensez-vous de l’interdiction de manger, de boire ou de fumer dans les rues de Saint Etienne? Pouvez-vous nous dire pourquoi? Je rédigerai et publierai un nouvel article dans Sainté Debout sur ce sujet à partir de vos réponses. »

Tout d’abord sur les 500 personnes (environ) qui ont répondu à ces questions, seule une dizaine de personnes ont été « pour » cette mesure pour des raisons sanitaires et une personne s’est abstenue. Toutes les autres se prononçant contre. Les réponses vont de la simple remise en cause de l’efficacité d’une telle mesure à l’énorme colère de certains qui considèrent cette mesure comme une atteinte fondamentale aux droits des individus.

Cette interdiction entraîne non seulement de nombreuses indignations mais aussi des questions sur « son incohérence »:
– En quoi manger un sandwich à l’extérieur serait-il plus dangereux que de le manger dans un lieu clos?
– Pourquoi boire un café dans un bar serait plus dangereux que de le boire dans un lieu qui fait de la restauration?
– Pourquoi fumer une cigarette dans une rue déserte serait-il dangereux pour les autres?
– Comment feront les gens qui ont besoin de boire pour prendre un médicament, les personnes qui ont des problèmes respiratoires, celles qui sont diabétiques…?
et beaucoup d’autres questions toutes aussi pertinentes les unes que les autres!

Des questions qui pourraient être résolues avec du bon sens mais celui-ci semble avoir déserté les lieux et nous pouvons nous interroger sur le zèle que mettent certains policiers à distribuer des amendes. On peut en voir, par exemple, guetter, à l’entrée et à la sortie des lycées et des universités, les jeunes qui abaisseront leurs masques pour fumer à l’écart de leurs ami(e)s ou repérer les personnes qui se retrouvent à plus de 10 dans les rues ou sur les places de la ville alors que, à côté de cela, il n’est pas interdit d’aller s’entasser dans des moyens de transports ou dans des grandes surfaces… (ce ne sont ici que quelques exemples!)

Des personnes soulignent le fait que le centre pour le contrôle et la prévention des maladies a déclaré que la propagation du virus se faisait principalement par manuportage et très peu en aéroportage. Dans ce cas là, ces mesures n’auraient alors aucun sens.

Beaucoup s’interrogent sur les risques psychologiques que comportent cette interdiction, d’autres mesures et le matraquage médiatique et gouvernemental autour du coronavirus depuis des mois!

La plupart des gens se demandent pourquoi rien n’a été fait du côté du gouvernement dans les hôpitaux alors que tous les experts avaient prévenu de l’arrivée d’une « seconde vague » du coronavirus à l’automne. « Nous avons l’impression d’être punis par un gouvernement qui n’a pas pris les bonnes mesures au moment où il le fallait et qui est aujourd’hui incapable de gérer cette crise correctement. Nous n’aimerions pas être à sa place mais nous ne devrions pas avoir à subir ses incohérences comme nous les subissons ces temps-ci! »













Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *