Où est la prime promise pour les AVS?

Ce samedi 12 septembre 2020, 80 auxiliaires de vie sociale (AVS) de l’association AIMV (Agir Innover Mieux Vivre), essentiellement des femmes, se sont retrouvés rue de la Résistance pour marcher jusqu’à la préfecture dans le but de montrer qu’ils existent et obtenir la prime Covid promise par Mr Macron. Aucun élu n’est à leur côté, seuls quelques syndicalistes et leurs représentants de FO et de la CGT sont présents. Peu de personnes sont venues les soutenir mais lorsque nous traversons les places, les gens les applaudissent et les remercient pour leur travail et leur dévouement.



C’est à l’initiative des élus du CSE (Comité social et économique) de l’AIMV que cette manifestation a eu lieu et Martine Gelani, sa secrétaire, accepte avec beaucoup de gentillesse de m’en parler : « Nous avons appeler à descendre dans la rue pour que les « invisibles » c’est-à-dire les aides à domicile obtiennent un peu de reconnaissance parce que, sur le terrain, on travaille mais on n’est pas reconnu, pas entendu alors aujourd’hui, on lutte en premier pour la prime qui nous a été promise et que nous n’obtiendrons probablement pas parce qu’il y a « la guerre » entre l’Etat et le département, et surtout pour que notre métier soit reconnu…


Sans les aides à domicile, beaucoup de personnes âgées ne pourraient pas se lever, manger et elles n’auraient personne à qui parler. Une aide à domicile qui entre chez une personne âgée, c’est un peu de soleil qui pénètre chez elle ! La plupart des aides à domicile sont à 800 euros. Comment on vit aujourd’hui avec seulement 800 euros? Il y a eu 12500 morts dans les EHPAD. Ce n’est pas la faute de nos collègues, c’est la faute des politiques d’austérité qui méprisent nos anciens, nos malades… Je suis en colère aussi quand j’entends que certains culpabilisent les familles. Aujourd’hui, avec les gens qui sont obligés de partir loin pour trouver du travail, on a des personnes qui font plus de 200 kilomètres pour venir voir leurs parents ! Dans les années à venir, la vieillesse va encore augmenter et qui va aider les personnes âgées ? »

Fatima, Kadija et Maryse font partie de ces «oubliées aux grands cœurs » qui, malgré les épreuves qu’elles endurent, aiment leur métier. Elles me parlent avec beaucoup de tendresse des personnes âgées dont elles s’occupent et ne comprennent pas pourquoi les autorités les méprisent autant. Fatima me confie : « Sans protection, nous n’avons jamais cessé notre travail. Nous avons toujours été aux côtés des personnes âgées et les autorités continuent de nous ignorer ! » Kadija ajoute : « Notre travail est nécessaire. Beaucoup de personnes sont seules et n’attendent que nous. Si nous n’étions pas là pour leur faire à manger, les lever, prendre du temps avec elles, certaines d’entre elles se laisseraient mourir ! »

Maryse complète : « La période du confinement a été très dure parce que nous n’étions pas soutenues alors que nous étions tous les jours au travail avec la peur au ventre parce que sans protection mais nous avons été là, nous avons tenu et il faut absolument que notre métier soit reconnu et que nous obtenions cette prime du COVID dont a parlé le président ! »


Personnellement, je ne comprends pas que les autorités restent muettes face aux demandes des AVS. Nous devrions toutes et tous avoir énormément de reconnaissance pour ces personnes admirables, ne pas oublier que, pendant le confinement, les personnes âgées qui n’avaient pas la chance d’avoir leurs familles proches d’elles, n’avaient essentiellement que ces personnes à qui se raccrocher physiquement. Je retrouve Sylvain Excoffon, secrétaire général adjoint de l’Union départementale de Force Ouvrière, venu soutenir les AVS. Il m’explique : « Tout le monde croit que ces personnes dont le gouvernement loue le dévouement vont recevoir une prime alors que, comme ce ne sont pas des salarié(e)s de la fonction publique (ce sont des salarié(e)s d’associations en général) rien n’est prévu en ce qui concerne cette prime Covid, le gouvernement se défausse sur les conseils généraux donc il y a autant de situations qu’il y a de départements et, dans la Loire, pour l’instant, le président du Conseil général de la Loire, Mr Ziegler, a répondu qu’il n’avait pas l’argent, que le budget était trop serré et donc qu’il ne pouvait pas donner la prime Covid ! C’est absolument scandaleux parce que, face à des personnes dévouées, qui n’ont compté ni leur temps ni leur énergie, qui ont pris tous les risques face au Covid, et qui ont assumé une immense responsabilité, les pouvoirs politiques répondent par le mépris ! Les AVS ont permis de soulager les hôpitaux d’une charge très importante et, à la sortie, on leur dit qu’elles n’auront aucune aide ! Alors, elles demandent la prime Covid mais aussi le remboursement de leurs frais de déplacements, une reconnaissance de leurs qualifications et une revalorisation générale de leurs salaires ! Le minimum aujourd’hui serait que Monsieur Ziegler accepte de les recevoir et de discuter avec elles ! »

Je croise également Mireille Carrot, secrétaire générale adjointe de l’inter syndicale CGT de la Loire. Elle est venue apporter son soutien à ces personnes courageuses : « Dans un contexte sanitaire particulièrement difficile et rempli d’incertitudes, cette mobilisation a toute sa place. Les AVS ont été, comme les soignants, au front durant la première vague de Coronavirus et on compte beaucoup sur eux pour qu’ils soient aussi là lors d’une éventuelle seconde vague. En tous cas, ces personnes sont complètement oubliées, méprisées par les pouvoirs publics. Macron a promis de leur donner une prime mais le conseil départemental de la Loire doit en financer la moitié et son président refuse de participer à ce financement donc elles n’auront rien du tout ! » Mireille me confie sa colère par rapport à différents sujets dont j’ai déjà parlé dans cet article : ce mépris insupportable de la part des gouvernants !

Après avoir, une fois encore, fait part de toute mon admiration à Fatima, Kadija, Maryse et bien d’autres auxiliaires de vie sociale et les avoir remercier pour leur dévouement, leur générosité, leur humanité , je leur assure que le mouvement « Sainté Debout » continuera à être à leur côté, que nous publierons leurs communiqués si elles en ont besoin et tiendrons les personnes informées de leurs actions.               

1 Commentaire

  1. Merci pour cet article très touchant..battons nous pour être mieux reconnu et mieux valorisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *