Un fort sentiment de solitude chez les jeunes

Bonjour,
depuis plusieurs mois, le sort de nos aînés m’a beaucoup préoccupé. Je suis en contact avec différentes personnes dont le père ou la mère sont en EHPAD, avec des soignants, avec des AVS, je les écoute, les soutiens autant que je peux le faire essaie de partager avec vous leurs ressentis sur les conditions très difficiles dans lesquelles ils se trouvent, cependant, la solitude ne touche pas que nos anciens et elle peut entraîner de graves conséquences lorsqu’elle n’est pas choisie.

Alors que les moyens de communication n’ont jamais été aussi nombreux qu’aujourd’hui, selon certaines données, les jeunes se sentiraient de plus en plus isolés. Parmi les 15 à 30 ans, 700 000 jeunes souffriraient de solitude.

D’après l’association Astrée, dont l’objectif est de restaurer les liens sociaux, 13,5 % des collégiens se sentent souvent ou toujours seuls soit près de 450 000 adolescents ;

– 83 % des collégiens assimilent la solitude à un sentiment d’exclusion ;
– 44 % des collégiens se tournent d’abord vers « un ami » (avant un adulte) pour faire face à la solitude.

Si les smartphones aujourd’hui dans les mains de 92% des adolescents entre 12 et 17 ans (enquête BVA) peuvent engendrer des situations difficiles et créer un sentiment de solitude.
ils sont loin d’être la seule source d’isolement des jeunes. Les problèmes familiaux, les difficultés financières ou psychologiques, la peine ou l’absence de vie amoureuse, les mauvaises conditions de logement, le manque de confiance, les complexes comme l’acné ou le surpoids, les problèmes de harcèlements scolaires ou sur les réseaux sociaux… font également partie des vecteurs de solitude.

Ce sentiment de solitude et d’exclusion ne s’arrête pas au collège ou à l’entrée du lycée. En effet, plusieurs études menées dans le monde en 2018 ont permis de confirmer l’existence d’un fort sentiment d’isolement chez les jeunes adultes :
– 66 % des moins de 35 ans se sentent régulièrement seuls (parfois/souvent/toujours) contre 44 % pour le reste de la population (étude BVA pour Astrée).
– le sentiment d’être souvent ou très seul est le plus élevé chez les jeunes de 16 à 24 ans ( étude Cigna).
– 40 % des jeunes de 16 à 24 ans disent se sentir souvent ou très souvent seuls (enquête de la BBC, effectuée auprès de 55 000 personnes dans le monde).

La crise due au Coronavirus est venue encore grossir le nombre de personnes qui souffrent de cet isolement. Il est temps par tous les moyens d’oeuvrer à tisser des liens entre les individus, des liens qui, sur Saint Etienne entre autre, depuis plusieurs décennies, ont été détricotés. Il y a 8 jours encore, je faisais remarquer à la 2ème adjointe de la municipalité stéphanoise Mme Labiche, qui a été (qui est?) en charge des centres sociaux, des maisons de quartiers et du développement de l’éducation populaire, que, les centres sociaux étant pratiquement tous fermés au mois d’août et ne recevant en majorité que des enfants au mois de Juillet, il n’y avait quasiment rien d’organiser de la part de la municipalité pour permettre aux jeunes et aux moins jeunes de se retrouver dans les quartiers. A Terrenoire par exemple, en bas de chez moi, des jeunes passent leur temps dans un escalier. Comment s’étonner ensuite que certains d’entre eux, complètement désoeuvrés, fassent des bêtises?

A Sainté Debout, nous allons continuer à oeuvrer avec les petits moyens que nous avons pour développer, à partir des quartiers, une ville plus fraternelle. Toutes les personnes qui veulent nous rejoindre seront les bienvenues!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *