Voici un poème que j’ai écrit, il y a déjà une vingtaine d’années.
Je pense que plusieurs de mes amis ligériens y reconnaîtront leurs enfances aussi dans la région stéphanoise.

Le petit garçon…

Le petit garçon qui flânait,
En rêvant au bord de la Loire,
Ou qui jouait sur les crassiers,
Se promène dans ma mémoire.

En revoyant la Tour Philippe,
Je me souviens des chevauchées,
Quand j’étais « Fanfan la tulipe »,
Sur mon vélo, mon destrier.

On dit qu’au « Plateau de la danse »
Venaient s’amuser les lutins.
Je me rappelle mon enfance,
Quand je courais sur leurs chemins.

Le petit garçon qui rêvait,
Dans le vieux port de Saint-Victor,
Au voyage qu’un jour il ferait
Suivant la carte d’un trésor,

Le « Petit Prince » aux cheveux blonds
Qui s’inventait mille cachettes,
L’aventurier de mes chansons,
Se balade encore dans ma tête.

Je me souviens de mon enfance,
Entre la ville et la campagne.
Ce n’est pas très loin quand j’y pense
Et que mes rêves m’accompagnent.

Le petit garçon qui flânait
Aux environs de Saint Etienne
Et qu’un soleil illuminait,
Venant sécher toutes ses peines,

Le footballeur de mon enfance,
Le petit supporter des verts,
Celui qui jouait en défense
Vient me tirer par le revers,

Et je retrouve les désirs
Qui brillaient dans son regard bleu.
L’enfance ne peut pas mourir !
Le petit garçon est heureux !

Fabrice Devésa
poème tiré de mon recueil: « Le temps des rêves »