Il y a quelques mois, Sainté Debout organisait dans son local, une rencontre/discussion autour de l’arrêt du tabac.

Dans cet article nous n’aborderons pas la théorie mais juste un échange sur des expériences qui ont pour certaines fonctionnaient.

Le tabac est un facteur aggravant en cas de Coranivirus du fait sans doute de la fragilisation des voies respiratoires d’après une  étude anglaise (la pollution sans doute aussi d’après une étude italienne).

C’est donc particulièrement important de partager tous les témoignages et conseils dispensés pendant cette soirée qui rassemblait des personnes ayant arrêté de fumer et d’autres qui en avaient la volonté.

J qui est entrain de réduire sa consommation témoigne: « le tabac, ça tue à petit feu sans qu’on s’en rende compte, on pense à un rhume…mais parfois même si on fume peu on peut avoir des soucis » 

« j’avais arrêté 15 ans puis j’ai repris sur un coup de tête, et rapidement je suis passé à un paquet par jour »

E fume depuis l’age de 15 ans,il réduit… un paquet de tabac lui fait 10 jours  mais il fume moins »

J a été hospitalisée, « on s’est rendu compte qu’un poumon ne fonctionnait plus du tout… j’ai été sevré brutalement, là je fume deux trois clopes par jour ». »il faut arrêter c’est vraiment difficile d’être comme moi » J se déplace avec l’aide d’un respirateur portable « sinon je ne peux pas faire 100 mètres ».

E crachait tous les jours, toussait…il a décidé d’arrêter aussi.

Tous les deux utilisent une méthode avec substitut nicotinique (inhalateur acheté en pharmacie)

Ils apprécient aussi le nettoyage nasal par une méthode nordique (appareil qui diffuse de l’eau et du sel) qui permet de retrouver rapidement de bonnes sensations olfactives. D’autres ont utilisé des plantes pour aider à la détente (valériane, aubépine…).

P après 30 ans à un paquet par jour a arrêté (depuis 2 ans) en substituant progressivement des cigarettes normales avec des cigarettes aux plantes (trouvées sur internet car pas vendues en France).
Il témoigne qu’il avait essayé de nombreuses méthodes (comme la vapoteuse par exemple) mais que c’est vraiment à chacun de trouver sa propre méthode en fonction de sa façon de consommer et sa propre relation au tabac.Cette réflexion personnelle peut faire gagner des années.
« une fois que j’ai enfin compris comment je me « relationnais » à mon addiction, tout a été très vite et j’ai arrêté très facilement en quelques jours, pour moi ce qui était motivant ce n’était pas le physique, j’étais en forme, ni l’argent car j’ai des revenus suffisants …mais ce qui me déplaisait vraiment c’était d’être dépendant…ces dimanches soirs ou l’on court à Fourneyron pour trouver le seul tabac ouvert …tous les fumeurs de Sainté comprendront, j’en avais marre je voulais retrouver ma liberté, mais en même temps m’interdire de fumer aurait été contradictoire avec cette recherche de liberté…c’est pour ça que j’ai utilisé les cigarettes aux plantes dans mon cas c’était idéal, rupture avec la nicotine mais je fumais si je voulais,….la ruse avec moi-même a bien fonctionné, rapidement sevré de nicotine, ma consommation de cigarette aux plantes a rapidement diminué sans effort (en deux mois) et un soir je me suis rendu compte que je n’avais pas fumé depuis 3 jours, c’était terminé…. »

Tous les participants sont d’accord pour dire qu’il n’existe pas UNE BONNE MÉTHODE mais qu’il y en a une sans doute pour chaque personne, pour cela il est bon de bien se connaître. 

L’échange avec d’autres personnes peut aider, alors à vos claviers pour répondre à ce modeste article.