Linky, 5G… combattre l’emballement numérique par Stop Linky-Gazpar 42

Linky, 5G… combattre l’emballement numérique

Linky : un grand projet inutile, non écologique, menace pour nos libertés et notre santé

Il faut rappeler que ces compteurs nous étaient présentés au départ comme des outils de la transition écologique, ce que certains acteurs (quelques organisations écologiques, des assos de consommateurs…) croient encore. Ils seraient censés permettre de mieux gérer la consommation d’électricité (mais aussi de gaz et d’eau) au profit du consommateur, pour contribuer à une baisse globale de la consommation électrique en France et en Europe.

Question avantages pour le consommateur, sa supposée meilleure information est un leurre, et c’est lui qui supportera à terme (après 2021) la totalité du coût financier du programme. Par ailleurs, la pose de Linky entraîne une augmentation des factures pour la plupart … et des risques matériels (disjonctages en série, matériels grillés voire incendies !).

Question maîtrise globale de l’énergie : les Linky, prévus pour gérer les « objets connectés », pour alimenter les voitures électriques, vont au contraire participer à une explosion de la consommation électrique. C’est aussi un « projet inutile » très coûteux (5,7 milliards d’€ prévus mais en fait le double, à comparer par exemple aux 900 millions de Notre Dame des Landes), et une aberration écologique : remplacement de 35 millions de compteurs (plus 11 millions pour ceux du gaz et 35 millions pour les compteurs d’eau), les Linky ayant, de plus, une durée de vie beaucoup plus courte (7 ans en moyenne contre 60 pour les compteurs bleus). Et les matériaux utilisés par ces nouveaux compteurs (métaux rares…) interrogent aussi sur l’opportunité écologique de cet investissement et l’exploitation des personnes qui les extraient.

Au-delà, c’est bien l’objectif réel du déploiement de ces compteurs qui est en cause : les anciens comptaient, ce qui était utile à chacun pour suivre sa consommation, et pour établir les factures.

Les Linky, eux, collectent beaucoup plus d’infos sur notre consommation électrique … pour quoi au juste ? Les responsables d’Enedis l’avaient annoncé : ils veulent participer au marché du big data, c’est-à-dire vendre nos données personnelles. Est-ce normal que ces données collectées à notre insu puissent servir à des officines agissant dans le marketing et la surveillance de nos vies ?

Dernier problème, et non des moindres, la contribution des Linky au développement de l’électrohypersensibilité (qui toucherait déjà 3% de la population en France, plus de 10% aux Etats-Unis). Enedis le conteste en comparant aux téléphones portables, bien plus polluants selon elle. Sauf que les études menées actuellement portent sur des intensités moindres que celles prévues lors de la mise en service définitive, et surtout ignorent l’usage en permanence, la nuit, auquel il convient d’ajouter les effets cocktail et cumulatif de tous ces appareils générateurs d’ondes.

Le refus des compteurs communicants est entré dans une phase judiciaire

Les actions juridiques intentées jusqu’à présent étaient des actions « en référé ». Elles devaient à chaque fois prouver qu’il y avait un danger imminent dont les effets devaient être stoppés urgemment. Cela a donc limité la possibilité d’argumenter sur d’autres points que l’électrohypersensibilité. Mais, sur ce sujet, cinq tribunaux de France ont donné raison aux demandeurs, et ont imposé le retrait, ou la non-installation, des Linky, la pose de filtres ou de blindages chez les voisins.

Celles à venir (dont celles de la Loire) vont être jugées « au fond » : les juges pourront se saisir de tous les thèmes évoqués plus haut, auront plus de temps pour investiguer. L’adversaire est très riche (notamment de nos contributions !) et très soutenu (par EDF qui utilise Enedis comme « vache à lait ») et par le pouvoir politique. Mais ces débuts encourageants peuvent nous donner de l’espoir.

Le combat anti-Linky, matrice de ceux à mener contre la 5G, les objets connectés, la voiture autonome…

Les collectifs Stop Linky, présents dans toute la France (plus de 600 identifiés), constituent le premier réseau citoyen qui a pu se lever collectivement contre les dérives technophiles des Etats et des entreprises, ces dernières attirées par nos données et des marges confortables. Ils représentent une matrice de ce qu’il est possible de faire, en France mais aussi en Europe et ailleurs, alors que s’annoncent les projets délirants de la 5G (puissance près de cent fois supérieure à la 4G, des antennes tous les 100 mètres…), de la voiture autonome et des « objets connectés » (pour la plupart inutiles et énergivores).

Ce sont bien des choix de société, donc politiques, pour lesquels nous nous battons, face à une collusion Etats/industriels d’une ampleur inédite. Face à cette collusion, seules les actions collectives des citoyen.ne.s permettront de sortir des impasses actuelles pour privilégier un autre fonctionnement du monde, respectueux de notre environnement et des humains qui l’habitent.

Denis Nicolier, collectif Stop Linky-Gazpar 42

Mail stoplinkygazpar42@riseup.net

Facebook https://www.facebook.com/groups/1345287015539705/

Blog http://resistance-verte.over-blog.com/stoplinkygazpar42.html

Montage vidéo (Youtube) : https://youtu.be/Tp2V7R15_Oo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *