NOUS N’AVONS PAS LES MOYENS D’ENTRETENIR LES PLUS AVIDES D’ENTRE NOUS!

Gandhi a écrit: » Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’homme, mais pas assez pour assouvir son avidité.  »

 

CE SONT LES RICHES QUI COÛTENT CHER À LA SOCIÉTÉ et qui ne rapportent pas grand chose !

S’il fallait encore le démontrer, l’économie ultra-libérale actuelle ne produit pas de « ruissellement » (des plus riches vers les plus pauvres) mais plutôt des « fuites » (« leaks » en anglais), occasionnant une concentration des ressources dans les mains d’une minorité de plus en plus puissante.L’éternel retour des « OffshoreLeaks », « SwissLeaks », « LuxLeaks », « Panama Papers » et « paradise papers » nous le prouvent, CE SONT LES RICHES QUI COÛTENT CHER À LA SOCIÉTÉ et qui ne rapportent pas grand chose !

LES RICHES QUI COÛTENT CHER À LA SOCIÉTÉ et…ils planquent leur argent le plus possible

Si le citoyen de base dépense bien malgré lui, tout son avoir dans la consommation immédiate et donc réinjecte l’argent rapidement dans le circuit. Ce n’est pas le cas du riche qui lui en a trop et le planque, et le plus loin possible de son pays ou de sa ville …

Augmenter le niveau de vie de la majorité !

Si on ne regarde que les critères habituels de l’économie (croissance, PIB…), c’est la consommation de la grande masse de la population qui a toujours été facteur d’évolution économique le plus important.

Et pour la planète ?

Les 10 % des personnes les plus riches étaient responsables de 50 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre mauvais exemple, mauvais modèle.

PREMIER DE CORDEE ?

Peillon disait qu’il nous manque 600 milliards planqués en Suisse ou dans d’autres paradis fiscaux. Avec ça on peut payer 10 millions de RSA socle pendant plus de 10 ans.Tandis que l’inflation des revenus des dirigeants est moins la légitime récompense de leur apport au succès de l’entreprise que le produit de la rente de situation qu’ils ont acquise grâce à leur position de force au sein du système. Le capitalisme et les entreprises marchaient mieux durant les « Trente Glorieuses », quand les écarts de revenus entre les PDG et les ouvriers étaient de 1 à 30, qu’aujourd’hui, où ils atteignent de 1 à 300.

NOUS N’AVONS PAS LES MOYENS DE CONTINUER À ENTRETENIR CES PARASITES DE L’ÉVOLUTION HUMAINE

D’après la FAO un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes dans le monde, mais les parasites corrompus, cyniques et méprisants continuent à vivre leur vie fastueuse (mais totalement dénuée de sens). Ce mépris des autres, de l’égalité au nom du libéralisme, de la liberté au nom du pragmatisme, de la fraternité au nom des soit- disant « loi naturelles du marché » construisent une menace pour 99% de l’humanité.

 

Toute forme de dévalorisation de l’humanité de l’autre est un précurseur qui prépare une forme ou une autre de fascisme.

Il faut le dire, être riche dans une société en crise, c’est être un cynique préparateur d’une future dictature. Allons-nous laissez Macron et compagnie, conduire la société dans cette direction? Ou wauquiez, ou ziegler ou perdriau? Car les fantasmes de wauquiez qui instrumente les phobies et le « sainté re-designé », illusion pour riches à la Perdriau , sont les deux revers du même projet cynique.

Ne sont-ils pas tous d’accord d’ailleurs dès que les intérêts du MEDEF, ou de Vinci, Véolia ou Monsanto sont en jeu ? Comme pour l’A45 par exemple. Des grands projets inutiles pour le commun des mortels mais pas sans bénéfice pour les multinationales.

Passons nous des puissants gérons la ville nous même !

En 2020, une liste citoyenne à la Mairie. Alors messieurs les nantis, et vos obligés politiques qui ne nous représentent pas, nous nous gérerons sans vous, car Sainté n’a pas les moyens d’accueillir tous les riches du monde, mais nous saurons gérer notre ville nous même.

 

Philippe BARIOL