Le narrateur : La rebellion n’a pu être réprimée en quelques jours, comme le souhaitait l’empereur et six mois après, malgré des milliers d’arrestations, de nombreux manifestants mutilés par les forces de l’ordre, d’autres tués pour avoir défendu jusqu’au bout leurs idées, leurs projets d’une vie digne et décente pour tous, les gilets jaunes sont toujours là plus déterminés que jamais. Ils manifestent chaque semaine dans les rues. Au palais, l’empereur Macronus 1er est furieux.

Macronus 1er : Combien sont-ils encore ?

Le seigneur Philippe : deux à trois mille tout au plus selon les médias , mon altesse sérénissime !

Macronus 1er : selon les médias qui sont à mes ordres évidemment mais, en réalité, combien ?

Le seigneur Philippe : plus de 80 000 mon seigneur !

Macronus 1er : plus de 80 000 manifestants sans compter les millions de personnes qui les soutiennent mais n’osent pas manifester ! C’est intolérable ! Le spectacle que vous m’avez demandé de jouer, le grand débat, n’a pas marché !

Le seigneur Philippe : vos sujets se sont rendus compte de la supercherie . Vous n’auriez peut-être pas dû annoncer que vous n’alliez pas changer de cap ni de manière de gouverner, votre grandeur !

Macronus 1er enrage : si vous n’étiez pas un de mes plus fidèles seigneurs et mon 1er ministre, je vous ferai enfermer pour votre audace. N’abusez pas de mon indulgence !

Le seigneur Philippe : Je vous prie de m’excuser, mon souverain suprême !

Macronus 1er : Allez donc me chercher ce gilet jaune aux oreilles pointues que vous avez capturé hier !

Le seigneur Philippe : bien votre
altesse !

Il revient avec Maître Yoda qui porte un gilet jaune.

Macronus 1er en colère: Seigneur Philippe, vous auriez quand même pu lui faire enlever son gilet jaune ! Vous savez très bien que je ne supporte plus le jaune !

Le seigneur Philippe : Je le sais, votre grandeur, mais il nous a été impossible de lui faire enlever ni même de lui enlever !

Macronus 1er s’adresse à Maître Yoda : alors toi , sais-tu comment je pourrai faire taire cette foule haineuse ?

Maître Yoda : vous devoir commencer par respecter votre peuple ! La sagesse commence par l’écoute ! Si vouloir comprendre les gens, vous devez d’abord les écouter!

Macronus 1er : C’est pour cela que mes plus fidèles sujets ont organisé le grand débat !

Maître Yoda : le grand Débat une supercherie a été ! Vous
pas vouloir écouter votre peuple ! Vous pas vouloir changer de cap !

Macronus 1er : ah si je n’étais pas aussi désemparé devant cette révolte, je te ferai empaler sur le champ!

Maître Yoda : dans une démocratie, nous sommes censés être ! Le peuple plus de pouvoir vouloir !

Macronus 1er : Il est hors de question que je mette le référendum d’initiative citoyenne en place. Si je faisais cela, le peuple me destituerait !

Maître Yoda : A craindre pour vous en effet ce serait !

Macronus 1er : Bon passons sur ce sujet !

Maître Yoda : l’argent mieux réparti doit être ! L’ISF rétablir vous devez!

Macronus
1er : Toujours la même rengaine ! Et vous
allez me dire aussi que je dois supprimer les taxes sur les produits
de 1ère nécessité. Le peuple ne comprend donc pas que nous sommes
en crise et qu’il doit se serrer la ceinture !

Momie Brigitte entre : Ah, mon petit écolier ! Il est où mon petit écolier ? (elle regarde Macronus 1er) : Il est là ! Je l’ai trouvé mon petit écolier !

Macronus 1er : Mais que fais-tu là Brigitte ? (il s’adresse aux gardes)  Qui la laissée entrer ?

Momie Brigitte : Mon petit Manu, ne sois pas vilain avec ta Brigitte ! Je voulais te parler de la vaisselle de l’Elysée ! Heureusement que nous l’avons fait payer par les contribuables même si nous aurions pu facilement y arriver. 500 000 euros c’est quand même une somme !

Macronus 1er : Brigitte, je suis en pleine réunion avec un pouilleux… pardon… un gilet jaune !

Momie Brigitte : Je croyais que le peuple ne comptait pas à tes yeux. Tu m’as toujours dit que ceux qui le composaient étaient des moins que rien ! Et tu voudrais me faire croire que ces misérables passent avant moi ?

Macronus 1er : garde, venez chercher Momie Brigitte ! J’ai du travail, moi !

Momie Brigitte : Mon petit Manu, un peu plus de respect, sinon attention à la fessée ! Ignores-tu qui je suis ?

Momie Brigitte : Je suis ta mère ! Euh… je suis ta femme… Pardon !

Macronus 1er : mais, emmenez-là ! Emmenez-là !

Momie Brigitte : Tu ne perds rien pour attendre. Je vais me détendre dans notre nouvelle piscine !

Momie Brigitte est emmenée par les gardes.

Macronus 1er :bon, où en étions-nous ?
Ah oui, le peuple ignore-t-il que nous sommes en temps de crise et
qu’il doit faire des efforts et ne pas tout attendre de son
gouvernement !

Maître Yoda : Pour vos amis, argent vous trouvez !

Macronus 1er (en aparté) : ce manant pourrait mettre les phrases à l’endroit ! C’est pénible de discuter avec lui !

Maître Yoda : à cause de l’exil fiscal, perdus sont des milliards ! Dans la santé, l’éducation, les retraites… ces milliards ne vont pas ! De plus, aux actionnaires trop de cadeaux vous faîtes !

Macronus 1er (en aparté) : ce gilet jaune m’agace !
Je ne sais pas quoi lui répondre !

Dehors, on entend la chanson des gilets jaunes.

Macronus 1er s’énerve : Encore eux, ça ne finira donc jamais ! (Il désigne Maître Yoda) Gardes, raccompagnez-moi ce personnage au cachot ! C’est un dangereux extrémiste ! Et fermez les fenêtres que je n’entende plus ce peuple de moins que rien !

Maître Yoda : Tort vous avez ! Ecouter votre peuple vous devriez !

Macronus 1er furieux: Emmenez-le mais emmenez-le ! Je ne veux plus entendre personne !

Les gardes viennent et emmènent Maître Yoda !