Chers Gilets Jaunes. Nous sommes attachés à ce que nous connaissons : la politique telle qu’elle fonctionne aujourd’hui avec ses différents partis, qui, une fois qu’ils passent par la case « gouvernance de la France » ne pensent plus au peuple car commandés par les ultras riches. Tout ce beau monde est accroché au sacrosaint ARGENT, à la finance. Oui mais voilà, ce fonctionnement (la mondialisation, le capitalisme) est en train de détruire notre planète. Alors, si nous réclamons la souveraineté populaire, avec RIC et Assemblées Citoyennes, pensez chers Gilets Jaunes que l’étape d’après sera de sortir du capitalisme, en retrouvant une autonomie alimentaire, énergétique, dans la santé, dans tous les villages, dans tous les quartiers des villes et sur tout le territoire. Et espérons que ce modèle s’exporte pour sauver notre planète mais surtout l’humanité. Vous savez, si nous disparaissons, la nature reprendra ses droits. Nous avons besoin de notre belle planète Terre, mais notre planète n’a pas besoin de nous. Alors regardons ensemble dans la même direction afin de sauver l’humanité. Notre combat nous dépasse en fait. Que des Assemblées Citoyennes se créent non pas pour être récupérées par un parti mais pour construire un monde meilleur, un avenir possible pour l’être humain. J’ai vu beaucoup de choses fonctionner dans de nombreux écovillages, et dans des quartiers des villes. Je sais que ces modèles sont transposables, et qu’on peut les développer. Mais nous sommes face un choix de futur : ou nous continuons à surconsommer, à piller notre planète et participons à l’exploitation voire l’esclavage de certains êtres humains, ou nous changeons de modèle, nous ne consommons que ce que nous sommes capables de produire. Peut-être que nous devrons nous passer de certaines choses. Mais que voulons-nous ? Continuer à pouvoir bénéficier de tout mais n’offrir aucun avenir possible aux générations futures, celles de nos petits-enfants OU accepter de sortir de ce système destructeur de la vie, de la Terre et tueur de l’humanité ?

Josiane Corrales