Si j’étais Policier ou CRS ou faisant partie de la BAC, je serais face à un
dilemme :

  • Obéir à des ordres complètement fous qui sont de
    blesser, mutiler ou tuer des êtres humains
  • Ou tout simplement désobéir.

Je crois que je désobéirais même si ce n’est pas facile,
même s’il y a des pressions de la hiérarchie.

Je crois que je désobéirais car l’humanité qui est en moi,
qui m’habite ne pourrait pas supporter de blesser, mutiler ou tuer un autre
être humain.

Alors je vous le demande amis policiers, CRS ou faisant
partie de la BAC.

Quand écouterez-vous l’humanité qui vous habite, l’humanité
qui est en vous ?

Pour que vous n’ayez pas de problème de conscience, on vous
dit que vous êtes face à des gilets jaunes. Finalement, ce ne sont pas des
êtres humains que vous violentez ou tuez, ce sont des objets, des Gilets. Vos
ennemis sont déshumanisés. Mais regardez, je vais enlever mon gilet. Vous voyez
sous ce gilet, il y a un être humain, une femme, une mère de famille. Si vous
me blessez ou me mutilez, vous le faites sur un être humain. Si vous me tuez,
vous faites deux enfants orphelins.

Je dis la même chose à mes camarades Gilets Jaunes.

Sous vos uniformes, il y a des êtres humains, si vous
enlevez votre armure qui vous déshumanise, on verra l’humanité qui est en vous.

Nous ne sommes pas des terroristes, nous ne sommes pas en
guerre. Nous émettons juste des revendications.

Mais notre mouvement fait peur aux quelques milliardaires
qui contrôlent ce monde et leurs serviteurs. Ceux qui sont au pouvoir ne
veulent pas perdre leurs privilèges, ils ont peur que le système qui les
nourrit, les enrichit s’écroule à cause du mouvement des Gilets Jaunes.

Alors ils vous utilisent, ils vous manipulent comme on
manipule des marionnettes. Vous n’êtes pour eux que de simples pions. Ils se
fichent pas mal et de vous et de nous. Et ils vos donnent des ordres
complètement aberrants, juste inacceptables. En avez-vous conscience ?

Ceux qui vous donnent des ordres sont au service de ces
milliardaires qui s’enrichissent sur votre dos et sur le nôtre. Ces
milliardaires ne considèrent pas l’être humain et ils détruisent la planète
sans scrupules.

Les servir c’est participer à la destruction de la terre et
de l’humanité.

Que choisissez-vous d’offrir à vos enfants, la vie ou la
mort ?

Si vous continuez à servir ces gens-là, vous offrez à vos
enfants la mort, car la destruction de la planète par ces quelques
milliardaires et leurs serviteurs entraînera la disparition de l’humanité.

Si vous nous rejoignez, vous offrez à vos enfants la vie.

Vous êtes plus proches de nous que d’eux.

Un de vos collègues a mis en cause le gouvernement. C’est Alexandre
Langlois qui est policier. Bien sûr il est menacé par votre hiérarchie pour
« déloyauté », mais il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le
gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, il dénonce
l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, il dénonce les
conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides
chez les policiers.

Oui car des policiers qui sont reliés à leur humanité ne
peuvent plus supporter de blesser, mutiler ou tuer des êtres humains qui sont
leurs semblables et ils se suicident.

Aujourd’hui, je pleure de voir où en est l’humanité.

Aujourd’hui, je pleure lorsque je vois un être humain tuer
un autre être humain.

Aujourd’hui, je pleure de voir des enfants imiter les grands
et devenir enfants soldats.

Aujourd’hui, je pleure non par lâcheté mais par amour. Par
amour de l’humanité.

Aujourd’hui, je pleure comme Gandhi l’a fait de voir tant de
violence et de voir que les hommes ne savent pas construire ensemble quelque
chose d’harmonieux.

Aujourd’hui, je pleure quand je vois l’humanité plus enclin
à faire la guerre que la paix.

Je me pose cette question : l’humanité est-elle prête
pour vivre de solidarité, de compréhension, de respect, d’amour ?

Quelles valeurs voulons-nous transmettre à nos
enfants ?

Reliez-vous à votre cœur, à votre humanité et vous verrez
que le chemin est de s’unir pour construire un monde meilleur, plus juste, plus
solidaire. Si vous souhaitez connaître vos petits-enfants, alors agissez avec
nous, bâtissons ensemble ce monde qui protège la planète qui nous nourrit et
qui nous assurera de pouvoir encore vivre sur cette terre si belle.

Etant une femme, j’ai donné la vie. Je la respecte car elle est trop importante à mes yeux. J’ai senti la vie dans mon ventre. Elle m’a reliée à mon cœur. Aujourd’hui, je respecte la vie sous toutes ses formes, et j’emploierai toute mon énergie à transmettre ce message d’amour, de respect et à croire que l’humanité saura choisir le bon chemin pour demain.

Josiane Corrales