Stéphanois, de la colline de Maugara à Terrenoire, amoureux de la nature, Philippe Bariol a exercé le métier de conseiller en agrobiologie et en environnement. Dans une prochaine interview, il nous parlera de cette passion qui l’a poussé à rejoindre l’association du bois d’Avaize et de son intérêt pour les abeilles (durant ses loisirs, Philippe est aussi apiculteur) mais, dans un premier temps, Philippe et moi avons choisi de vous faire découvrir son engagement contre l’injustice sociale et pour la démocratie… Philippe présentera également le site Sainté Debout qu’il a lancé, il y a quelques mois, et que j’anime avec lui car je considère Philippe comme un frère en humanité.

Bonjour Philippe, je t’ai toujours connu très engagé. Cela fait-il longtemps que tu milites contre les injustices sociale s?

J’ai commencé à militer dès mon adolescence car je n’ai jamais supporté les injustices. Chaque être humain mérite le respect et la dignité ! Aussi j’ai aussi bien professionnellement, en travaillant dans le domaine de la formation professionnelle et de l’insertion, que bénévolement, participé à des actions envers les plus exclus (étrangers, jeunes sans diplômes, détenus, chômeurs…) que ce soit en France ou en Afrique. J’ai beaucoup d’amis en Côte d’Ivoire et au Burkina et même à St etienne, j’ai eu la chance d’être en contact avec différentes communautés. Je dois dire que cela m’a beaucoup appris. St Étienne est une ville multiculturelle depuis qu’elle est ville et c’est un grand atout de pouvoir voyager dans le monde entier sans quitter nos quartiers. L’autre ce n’est pas l’enfer mais plutôt une ouverture, une chance d’apprendre. La diversité est une grande richesse . Les gens ont des trésors en eux et souvent on constate que finalement aider l’autre, ce don, qu’aiment tant les stéphanoises et stéphanois, est un atout fabuleux, socialement et individuellement. Quand on donne on se sent heureux on se sent grandir… c’est pareil pour une ville, une ville généreuse est une ville pleine de vie et qui avance.

Tu es aussi très attaché à la démocratie…

je pense que nous sommes au prémices d’une future démocratie réelle et directe dont les signes seraient les indignés, les nuits debout et même les gilets jaunes… mais que l’actuelle démocratie représentative est assez archaïque et de plus dévoyée. Nous avons énormément de possibilités de faire mieux , les solutions par centaines existent ou ont existé à travers l’histoire et le monde. Nous devons élargir notre regard sur la démocratie, la démocratie ce n’est pas seulement la Grèce antique ou la révolution française mais c’est une histoire beaucoup plus anciennes avec des déclinaisons pas seulement européennes mais mondiales. Il y a énormément de formes différentes allant du classique tirage au sort, aux très nombreux modes de référendums, de délibérations, de consentements ou de consensus et de votes.… Il ne peut y avoir de modèle de démocratie car, pour être vraiment démocratiques, les décisions doivent être prises par ceux qui y participent. On apprend la démocratie en l’exerçant. On teste, on essaye, on choisit C’est très important de vivre la démocratie et pas seulement dans des élections mais au quotidien , dans son quartier sa ville. A l’heure actuelle, nos occasions d’exercer ou de nous exercer à la démocratie sont trop faibles. Depuis l’école, l’université, l’entreprise et jusqu’à la maison de retraite quand exerce-t-on la démocratie ? Une chose importante est que cette démocratie du futur soit la plus directe possible : un problème quartier peut se régler dans le quartier et, dans ce cas-là, nul besoin de faire un référendum au niveau du département ! C’est le voisinage qui pourrait être l’unité de base d’une nouvelle démocratie car c’est de là que l’on perçoit bien le quotidien même si les problèmes ont souvent des causes qui sont fort éloignées de ma rue (mondialisation).
Tout cela est bien sûr un long processus fait d’apprentissages et de tentatives, et partout dans le monde et un peu en France, il y a des expérimentations, mais pour être concret et efficace il me semble qu’il faut commencer à agir dans sa ville. Pour cela, il faut que les habitant(e)s aient accès à l’information. C’est de là qu’est venue l’idée d’ un média local et libre : Sainté Debout ! Sans information , il n’y a pas de possibilité d’être libre, de choisir , de décider ! Ce sont les stéphanois(e)s qui doivent décider de leur ville, de leur vie. Malheureusement, des intérêts particuliers s’opposent à cet intérêt commun. Sainté Debout informe sans censure mais ça ne plaît pas à tout le monde !

Ce qui explique que nous avons du mal à publier certains articles ! De nombreuses personnes que nous rencontrons, bien qu’elles aient des choses à dire, n’osent pas s’exprimer et craignent des représailles de la part de la mairie.

Oui c’est très inquiétant, la démocratie décline dans cette ville et depuis longtemps ! C’est un mouvement global des partis politiques, des institutions qui éloignent de plus en plus les décisions des gens ! C’est catastrophique ! Il y a de la censure et personne ne le nie mais cela va encore plus loin, l’autocensure commence à devenir une pratique habituelle !

Sainté Debout n’est pas seulement un média. Les personnes qui en font partie mènent aussi différentes actions. Récemment nous avons, par exemple, lancé une pétition pour une liste citoyenne. Cela a surpris différentes personnes à gauche ! Peux-tu en parler afin que les malentendus soient écartés ?

Les démarches citoyennes c’est tout ce qu’aime Sainté Debout ! Une liste citoyenne, composée par des habitants qui ne soient pas des représentants politiques, pour 2020 se serait vraiment une avancée sur le plan démocratique! Certains ont crus que nous proposions une liste en plus, créant la division mais en fait, a l’heure actuelle, il n’existe aucune liste, on ne peut pas diviser ce qui n’existe pas! Cette liste citoyenne qui n’existe pas encore , elle est à construire , avec qui? Comment ? Quels sont ses contours ? Tout reste à discuter avec les habitants et celles et ceux qui se bougent à Saint Etienne !

Un politicien actuel ne peut pas comprendre cette démarche,lui qui a été formé dans l’ancien modèle du politicien professionnel qui, une fois élu, fait exactement tout ce qu’il veut sans aucun contrôle…
La liste citoyenne une fois élue aura un fonctionnement collégial (il ne s’agit pas d’élire un maire mais des équipes qui partagent décisions et responsabilités collectivement) et se soumettra à des référendums d’initiatives citoyennes.
Une liste comme celle là part des habitants et des problèmes de la vie quotidienne, c’est un processus bien différent des listes politiques, c’est très horizontal , surtout pas vertical.

La place des partis politiques là dedans ?

Aucune pour les partis traditionnels qui sont d’une autre époque, et qui ne supportent aucun processus si ils ne le contrôlent pas eux même !

Des citoyens engagés dans des les mouvements politiques, associatifs, collectifs peuvent bien sûr venir en aide à la démarche et amener avec eux leur organisation locale. ! A priori soutenir ces démarches citoyennes fait partie du programme de certains mouvements politiques, collectifs, et associatifs ! C’est ce qu’ils disent en tout cas. Ils pourraient très bien se mettre au service de ce mouvement citoyen.
L’inverse ne fonctionnant plus depuis des années !
Il faut être unis dans notre diversité et dépasser cette question d’étiquettes qu’on met aux gens, peu m’importe si celui là fait partie de la CGT, ce qui compte c’est s’il se bouge vraiment en tant que salarié pour les personnes âgées en EHPAD par exemple comme Malik Khammar, ou ci celle ci est une insoumise si elle se trouve au coté de personnes démunis, sans logement, comme Andrée Taurinya… c’est sur le terrain que tous ces problèmes compliqués de boutiques se simplifient, les membres de base d’associations , de collectifs, de syndicats, de partis sont des gens qui ont trouvés ces moyens pour se mettre au service du bien commun, ils sont souvent plus sincères que leurs dirigeants ! Il faut faire la différence entre les carriéristes et ceux qui œuvrent sincèrement pour une ville plus humaine. Tous pourris, non , les professionnels de la politique le sont très souvent mais les militants de base sont souvent sincères et désintéressés.
Sur Facebook, tu administres aussi la page de la « Loire en colère » qui est une page sur laquelle s’expriment « les gilets jaunes ». Cette page compte plus de 16 000 membres. Peux-tu expliquer pourquoi tu as rejoins ce mouvement et choisi d’administrer la page de « La Loire en colère ». Est-ce que cela t’apporte quelque chose dans la compréhension de la tournure que prend le mouvement des « gilets jaunes »?
C’est Brice Telki (un des initiateurs du mouvement des gilets jaunes dans la Loire) qui l’administre et qui m’a demandé de l’aider afin d’en être le « modérateur ». Il m’a demandé cela parce qu’il connaît mon implication sur les réseaux sociaux forte depuis 2011 ou j’ai participé au 15m (mouvement international du 15 mai ) appelé plus couramment les indignés. Le mouvement des gilets jaunes est un véritable mouvement populaire, polyphonique, émergent et bouillonnant, très divers… c’est tout cela qui lui donne sa puissance. Un structuration le cristalliserait et il se briserait. Dans cet agora , dans ce creuset en partant d’aucune idée préconçu mais plutôt de la vie de chacun, les revendications, les demandes et les propositions se tissent progressivement. Parti d’un ras le bol face à l’injustice, aujourd’hui le mouvement fait des demandes dans le sens de la démocratie, parlant du Referendum d’initiative Citoyenne, déclinant différentes possibilités de référendums législatif, abrogatoire, révocatoire et voire même constituant.. On a bien avancé depuis les simples revendications sur la baisse des taxes des carburants, les GJ parlaient des effets, ils veulent maintenant supprimer la cause. C’est très intéressant et modestement mon apport en temps que modérateur est de permettre le débat en encourageant l’échanges d’idées par le respect d’un socle commun humaniste ou chacun respecte chacun et n’exclut personne .
C’est un mouvement citoyen ouvert à toutes les personnes qui respectent les autres. En clair sur la Loire en colère les gens qui pensent qu’il y a des humains inférieurs aux autres sont virés car leurs attitudes discriminatoires condamneraient le mouvement citoyen. Je suis très tolérant sauf à l’intolérance.
Il y a eu beaucoup de violences, ces derniers temps, durant les manifestations. Qu’en penses-tu ?
Les gilets jaunes sont, pour la plupart d’entre eux, non violents et, même si nous pouvons regretter que des boutiques aient été saccagées, ce qui me semble beaucoup plus grave c’est le fait que des lacrymogènes, des grenades explosives, ont été lancées par des CRS sans discriminations sur des adolescents, parfois même sur des enfants, sur des personnes âgées… La violence policière va beaucoup trop loin ! Les gilets jaunes, dans leur ensemble, pour l’instant, résistent à cette provocation et plutôt bien, mais il faut que cela cesse, on ne doit pas perdre un œil juste parce qu’on exerce son droit à manifester !
Ce n’es pas moi qui le dit mais Ammesty International qui dénonce « l’usage excessif de la force » par la police, 1 407 manifestants ont été blessés, dont 46 grièvement … c’est très grave !
Quels sont tes projets dans les mois à venir ?
Trouver des reporters aussi géniaux que toi pour aller plus loin avec Sainté Debout, trouver un local pour le journal, lancer des GAP (Groupe Action Projet) sur les thèmes sur lesquels Sainté Debout a été sollicité , c’est à dire les personnes âgées, la culture, les quartiers , la santé, l’urbanisme….Je vais aussi me rendre en Grèce avec un convoi solidaire dès février . Mais on en reparlera dans Sainté Debout.
Merci Philippe
Merci à toi !