Sylvain Begon – l’Apprenti Politiste Stéphanois.

On a franchi la ligne jaune !

La colère gronde dans les rues de Saint Etienne, et dans la Loire en général. Les citoyens et citoyennes ont compris que le pouvoir en place, dans la même veine libérale depuis des décennies, n’avaient cure des préoccupations de ceux qu’ils aiment appeler « les sans dents », « les racailles », « les gaulois réfractaires », ou « ceux qui ne sont rien ».

Sans doute, nos présidents et chefaillons locaux ont-ils oublier que leur pouvoir ne provient que de nous, citoyens, et que s’ils ont des comptes à rendre, c’est à nous, devant nous, et pour nous, seulement.

Cependant, obnubilés par l’argent roi, par le pouvoir des lobbys, ils oublient leurs principes, perdent leur vertu, et méprisent ceux qui ont pourtant fait ce qu’ils sont aujourd’hui.

Alors non, la colère des gilets jaunes n’est pas seulement celle des automobilistes contre la hausse des prix du carburant. C’est un mouvement global, généralisé, de colère, d’exaspération contre la caste politicienne aux mains des lobbys, qui ne fait que taxer les plus pauvres et gaver les plus riches. C’est la taxe de trop. C’est le mépris de trop.

Cette énième hausse, c’est du mépris à l’état brut. Ce sont ces dirigeants politiques qui ne savent pas ce que c’est que de passer sa vie à se déplacer pour gagner de l’argent, à son tour directement dépensé pour aller travailler.

Cette énième hausse, c’est du mépris à l’état brut, quand on demande au peuple des efforts sur l’écologie, alors qu’aucun dirigeant des grandes entreprises n’est pénalisé pour la pollution incommensurable que lui permet le marché carbone européen, ou quand le glyphosate est encore toléré sur nos terres.

Cette énième hausse, c’est du mépris à l’état brut, quand on sait que les transports à St Etienne coûte 1Euro40 le ticket ! C’est pour une famille de deux enfants allant au cinéma à St Etienne une dépense de presque 12 euros, soit plus d’une heure et demie de travail pour un salarié au SMIC. Qu’attend Monsieur Perdriau pour rendre les transports gratuits dans notre ville ?

Cela ne se fera pas ! En tout cas pas par lui ! Le choix de placer les centres commerciaux en zone périurbaine provoquera la mort d’un centre-ville déjà moribond et triste. Des centaines d’emplois dans les commerces en moins et une hausse de la consommation de carburant en plus pour se rendre dans ces zones commerciales lointaines : voilà la seule promesse municipale : du chômage et des taxes. Au mieux c’est de l’inconscience, au pire du foutage de gueule.

De plus, cette hausse prend forme alors que Macron s’est amusé à détruire l’alternative crédible du train. En effet, les dessertes de train diminuent, les prix augmentent et le service est passé de médiocre à exécrable en raison d’un manque d’investissement. La ligne Roanne – Saint Etienne c’est pire que le RER D ! Avec la privatisation, on va dans le sens inverse de l’encouragement à l’utilisation des transports en commun. Est-il normal que ce soit Monsieur Wauquiez qui décide du nombre de rams des trains ? Qu’attend la Métropole pour faire pression sur la région afin d’augmenter le nombre de trains entre Saint Etienne et Lyon mais aussi entre Roanne et Saint Etienne ?

Au final, les gilets jaunes, c’est un mouvement de ras le bol et de dégagisme, contre les lobbys et la caste politicienne à sa botte.

Il faut que partout soit compris que le message c’est « le peuple d’abord ! ». Le clan Macron et les libéraux de tous poils ont franchi la ligne jaune. Ce mouvement est un point de rupture du peuple avec ses dirigeants. Du gilet jaune pour les citoyens, du costume orange rayé pour les voyous de la République : amis lecteurs choisissez votre camp.